L'histoire de la robe de mariée

Une robe de mariée est un vêtement traditionnel que porte la femme le jour de son mariage. Fréquemment plusieurs accessoires tels que les (longs) gants, le chapeau, le voile ou le bouquet fleuri viennent compléter la composition, participant ainsi à rendre la mariée belle et porteuse de valeurs symboliques.

Le port de la robe de mariée constitue une coutume dont l'histoire s'imbrique étroitement avec celle du mariage dans un contexte de forte influence culturelle de l’église catholique.

Les traditions

Dans les temps anciens, la coutume voulait que chacun des invités puisse conserver un petit morceau de la robe de mariée en guise de porte-bonheur. Seul vestige de cette tradition, la mariée offre de nos jours à ses invités des dragées enveloppées dans un morceau de dentelle ou de tulle.

Jadis, la future épouse devait avoir préparé tout son trousseau, mais ne devait pas avoir cousu sa robe car cela portait malheur. Elle ne devait pas non plus se regarder dans une glace en l'essayant.

Une tradition anglo-saxonne veut que la future épouse porte le jour de la cérémonie quelque chose de vieux (souvent un bijou de famille), quelque chose de neuf (en général la robe), quelque chose d’emprunté (à une amie ou à un membre de la famille réputé pour avoir fait un mariage très heureux) et quelque chose de bleu (couleur symbolisant l’amour, la modestie et la fidélité)

La robe de mariée à nos jours

De nos jours, les mariées ne se cantonnent plus à une seule vision de la tenue de mariage idéale.

La robe peut être courte ou longue, volumineuse ou moulante, blanche ou colorée, cela dépend des goûts de chacune.

La tendance actuelle signe toutefois un retour à la dentelle, aux modèles rétro et fluides des années 20.

Les femmes se marient de plus en plus tard, 31 ans en moyenne, et ne souhaitent plus forcément se déguiser en princesse le jour J. Elles privilégient le confort et le naturel, sans fioritures.